Thursday, November 27, 2008

Décès de Jean Markale

Je viens d'apprendre la nouvelle. Jean Markale est parti pour Ynis Avallach le 23 novembre 2008, quittant Auray et la terre des hommes. Il avait 80 ans.

Je l'avais rencontré, trop brièvement, lors d'un Salon du Livre de Paris, voici presque 10 ans, alors qu'il dédicaçait sur le stand Pygmalion. J'ai donc sa signature, avec un petit mot gentil, sur son ouvrage sur les Gaulois. Mais, nouée par la timidité, je n'avais pas osé lui dire tout ce qu'il représentait pour moi...

Cet homme est un de ceux auxquels je dois beaucoup. Ses écrits sur les Celtes m'ont ouvert des pistes lumineuses vers moi-même. Récemment, je lui avais envoyé, en matière d'hommage, mon roman Les Débris du Chaudron, qui n'aurait jamais existé si je n'avais pas lu ses essais et travaux. Je caressais un rêve : qu'il trouve le temps de le lire, et que nous puissions échanger quelques lettres. J'avais envie qu'il soit fier de cette quasi-disciple qu'il ignorait avoir. Mais son état de santé n'a pas permis que ce rêve se concrétise.

Ce soir je suis en larmes. Pour moi, pour ses proches, pour mon amie Céline Guillaume, écrivain, dont il était devenu le grand-père de coeur. Dans l'un de ses derniers livres, paru chez Ouest France, et que j'ai acheté voici peu, Jean Markale défendait la place de la Wallonie dans le monde celte. Lire ceci m'avait fait un bien fou. C'était un peu comme légitimer la non-bretonne que je suis (une tare, aux yeux de certains, puisqu'à ce titre on m'a même interdit d'étudier le breton).

C'est un grand monsieur qui est parti. C'est un grand monsieur que les Belles Gens accueillent désormais à leurs côtés.

1 comment: